Accueil Remonter Bathy Multifaisceaux Bathy Monofaisceau Sonar latéral Biocénose Saclaf DIVA Saclaf Sédiment Sondeur Sédiment Guides Plongées


Bathymétrie au Sondeur Multi-Faisceaux (SMF)

Le sondeur utilisé pour le levé bathymétrique est un sondeur multifaisceaux (SMF) situé sous la coque du navire.
La particularité d’un tel matériel réside dans la technique de l’acquisition des données.
En effet, comparé à un sondeur mono faisceau qui n’est capable de mesurer la profondeur qu’à l’aplomb du navire,
le sondeur multifaisceaux est capable de le faire sur une bande perpendiculairement à la route du navire.
      
Principe d'acquisition SMF      Sondeur GEOSWATH       Installation sous la coque du navire SEMANTIC

Un SMF étant un instrument de coque, l’attitude du bateau doit être connue avec une précision importante,
c’est pourquoi SEMANTIC TS met en œuvre les équipements supplémentaires suivants :

  • Centrale d’attitude TSS DMS05 : cet équipement standard et adapté à l’utilisation du sondeur multifaisceaux
    permet des précisions sur les mesures de tangage et roulis de 0.05°, pilonnement
    (variations en hauteur du bateau dues à la houle) : 5 cm, cap : 0.1°
  • GPS RTK centimétrique
  • Bathycélérimètre embarqué (correction en temps réel les mesures).

Précision des levés
Le sondeur utilisé est couplé avec le D-GPS différentiel RTK LEICA GX1230 permettant une précision de positionnement
(selon les axes X et Y) du bateau et des mesures centimétriques.
La précision de la valeur des sondes est quand à elle de l’ordre du centimètre (donnée constructeur : 1.2 cm).
La précision des mesures est donc centimétrique en X, Y et Z

Exemple : bathymétrie multifaisceaux dans l'embouchure du Rhône

L'exemple ci-dessous correspond à la bathymétrie de l'embouchure du Rhône. C'est un des endroits les plus difficiles à cartographier avec un sondeur multi-faisceaux,
car en raison de la configuration de l'embouchure du Rhône (eau douce/eau salée, variation de température importante), le profil de célérité est extrêmement marqué » et variable.
En conséquence, alors qu'habituellement (mesure classique en mer l'été) un célérimètre de coque et quelques mesures ponctuelles
du profil vertical de célérité régulières suffisent, dans le cadre de l'embouchure du Rhône, non seulement il faut réaliser de
nombreuses mesures mais il faut en déduire, puis gérer un modèle 3D de bathycélérimétrie.
Notons que la grande précision de la méthodologie utilisée permet d'observer des rides de sable dans la zone.

Isobathes à l'embouchure du Rhône

A gauche : Visualisation de rides de sables sur le MNT  - A droite : Mosaïque sonar latéral de coque correspondante
Compte tenu des fortes variations de la célérité dans cette zone, nous avons réalisé un nombre important de profils de célérité.
429 mesures du profil de célérité ont été enregistrées à l'aide de notre profileur qui a plongé régulièrement au cours des radiales.
Nous avons ensuite utilisé pour le dépouillement des données de bathymétrie, la routine de gestion du modèle 3D de bathycélérimétrie
que nous avons développée spécialement en septembre 2009, pour traiter des données dans l'étang de Berre,
dont la configuration bathycélérimétrique est elle aussi extrêmement variable.

Exemple : bathymétrie multifaisceaux dans l'archipel des Embiez


        Carte de la bathymétrie de l'archipel des Embiez                   Représentation 3D de la bathymétrie de l'archipel des Embiez


        Carte des isobathes         (lignes de profondeur constante)                 

 

En savoir plus